Congres peche - Congrès de l’URAL - Brioude Dimanche 13 mai 2012

Accueil » Multimédia » Photos » Congrès de l’URAL - Brioude Dimanche 13 mai 2012

Congrès de l’URAL - Brioude Dimanche 13 mai 2012

 

 

Discours d'André Chapaveire

 

Merci à vous Messieurs les Présidents des Fédérations de Pêche.

Merci à vous, représentants des quatre départements auvergnats et des trois départements du Limousin regroupé au sein de l’URAL,

Merci à vous, Mesdames et Messieurs, vous qui me permettez de prendre la parole lors de votre Congrès de Brioude.

 

Cette parole, c’est volontiers que je la prends, à la fois comme l’enfant du pays de la Ribeyre et du Brivadois, conscient du patrimoine aquatique exceptionnel que nous a légué la nature.

Je la prends aussi comme élu local et représentant du Conseil régional d’Auvergne, attentif à vos travaux comme à l’évolution de votre activité qui flirte avec les 100 000 cartes de pêche de loisirs chaque année.

C’est dire si je comprends votre attachement viscéral à ce réseau de 25 000 kms de cours d’eau sur lesquels veillent jalousement vos 7 Fédérations départementales et vos 228 associations locales.

J’en mesure à la fois la passion qui traduit votre engagement, mais je mesure aussi la nécessité de votre vigilance, en des temps où le bien si précieux qu’est devenue l’eau, se trouve à la fois convoitée mais parallèlement menacée par des intérêts divers.

Je connais aussi votre mission que la loi du 20 décembre 2006 a fixée pour les collectivités piscicoles comme les vôtres. Ces missions vont de la gestion et du développement de la pêche de loisir, avec des missions de police, jusqu’à la protection des milieux aquatiques.

Et les initiés savent combien ce travail est utile et délicat.

Depuis cette loi du 30 décembre 2006 vous êtes assujettis à une redevance annuelle aux Agences de l’Eau. Vous êtes la seule activité de loisir à payer cette redevance.

Vous revendiquez une baisse de cette redevance. Vous vous engagez à réinvestir cette somme dans les milieux aquatiques et à prendre des maitrises d’ouvrage sur des actions.

Et je vous apporte sur cette revendication tout mon soutien.

Je demande également l’arasement des ouvrages qui nuisent à la continuité écologique dans le cadre de la trame bleue.

Le résultat de votre activité est éloquent et se mesure sur la durée. Les revendications que vous portez sont légitimes et constantes, en cela qu’elles visent à préserver le milieu aquatique, parfois par des oppositions vives aux nuisances hydroélectriques ou de pollutions d’origines diverses.

Quant à moi, je m’oppose fermement à ce qu’au nom des énergies renouvelables, l’on construise des micros centrales sur tous les cours d’eau, car il ne peut y avoir une appropriation privée du patrimoine commun de l’eau.

D’autre part, je suis  en opposition avec le développement massif des cultures irriguées dans notre région.

Le stockage de l’eau en surplus l’hiver ne doit pas se faire n’importe comment ni n’importe où. Les retenues collinaires dans nos régions de têtes de bassin, si elles ne sont pas contrôlées et limitées, risquent de détruire nos cours d’eau à truites.

Il y a donc de la noblesse dans votre action dont la pertinence va bien au-delà du domaine environnemental.

En ma qualité de Vice-Président du Conseil régional d’Auvergne en charge du Tourisme, je mesure combien l’atout pêche en Auvergne porte de dynamisme économique, d’emplois, de ressources pour la ruralité, de potentiel pour l’hôtellerie et la restauration, de positif pour l’image de l’Auvergne comme du Limousin.

J’exprime une certaine fierté à exercer ce mandat de Vice-Président du Conseil régional d’Auvergne, avec la responsabilité du tourisme qui créé, depuis dix ans, 500 emplois chaque année dans notre belle région.

Même si à ce jour, je ne dispose pas de chiffres particuliers sur l’apport piscicole dans l’emploi régional, je sais que celui-ci est déjà largement positif, car  au-delà de vos 52 salariés, il faut comptabiliser les agents des syndicats intercommunaux qui travaillent sur la restauration des cours d’eau, les guides de pêche, les détaillants de matériel…

La pêche est aussi à l’origine du choix de destination de nombreux touristes.

Vous souhaitez, semble-t-il, aller plus loin encore dans la reconnaissance du poids économique de votre secteur, comme vous souhaitez conjuguer la pêche de loisirs avec l’écotourisme, et le tourisme vert plus généralement.

Ce serait un non-sens de ne pas vous suivre sur cet objectif qui, je crois, fait l’objet d’une demande précise auprès du Conseil régional pour le financement d’un chargé de mission de l’Union Régionale Auvergne Limousin.

Je sais qu’avec mon collègue Christian Bouchardy avec qui vous êtes en contact étroit, vous êtes sur le point d’aboutir à la signature d’un contrat pluriannuel entre la Région Auvergne et votre fédération.

Croyez bien que je suis à vos côtés pour témoigner de la qualité de votre action, de votre volonté d’être assimilé à un acteur économique et touristique incontournable, de votre attachement à demeurer l’acteur vigilent du maintien de la qualité de nos cours d’eau.

C’est en ce sens que je vous apporte mon soutien personnel que je traduirai par une intervention appuyée au sein du Conseil régional d’Auvergne où la cause de la pêche de loisirs ne manque pas d’adhérents très sensibles à votre action.

Alors, Mesdames et Messieurs, abordez les échéances futures avec optimisme et conviction, comme vous avez su le faire jusque-là.

 

Les générations futures vous en seront redevables.

Je vous remercie.

* Cliquer pour agrandir

http://www.andre-chapaveire.com/congres-de-l-ural-brioude-dimanche-13-mai-2012-000476.html


Les autres galeries de photos

Pages: 1...891011

Loading