Une journée avec André Chapaveire et Gérard Convert par un bénévole

Accueil » Actu / Presse » Actualités » Une journée avec André Chapaveire et Gérard Convert par un bénévole

Une journée avec André Chapaveire et Gérard Convert par un bénévole

Brivadois d'adoption, rédacteur de profession travaillant sur internet, électeur de gauche et sympathisant PS, j'avais tout, sans le savoir, du bénévole « communiquant » d'un jour ou d'une semaine, le genre de personne qui peut proposer ses services dans le cadre d'une campagne locale, comme celle que mène André Chapaveire pour les législatives. Si cette possibilité ne m'est pas venue naturellement à l'esprit, elle n'a pas échappé à Frank, le fils d'André, fondateur de Brioude Internet -pour qui j'ai travaillé- et (éminent) spécialiste de la visibilité sur internet. Frank avait déjà été recruté par son politique de père pour gérer toute la partie internet de la campagne. « Ça te dirait de nous suivre une journée ? André visite les 179 communes de la circonscription, mercredi on fait 11 communes autour de Brioude et dans l'Alagnon... Tu pourrais nous accompagner et raconter la journée.... »

J'avais déjà donné un petit coup de main sur le web et j'avais pu observer qu'André Chapaveire jouait bien le jeu de la proximité et de la disponibilité, en répondant directement aux questions qu'on pouvait lui poser sur son site et sur Facebook, ce que les gens ne manquaient pas de faire d'ailleurs. La visite systématique de toutes les communes de la circonscription cadrait bien avec la démarche et l'homme était bien décidé à aller jusqu'au bout. Bien entendu la curiosité m'amenait aussi à dire oui, moi le citoyen ordinaire, n'oubliant jamais de voter mais pas militant non plus, disposant d'une connaissance plus que partielle des rouages politiques et de la réalité du terrain. Ok j'en suis ! « Super, je passe te prendre mercredi matin à 8h00 pétantes ».


8h15, domicile d'André Chapaveire. « Dédé Chapaveire », comme beaucoup l'appellent par ici, est en pleine revue de presse, locale et nationale. On me propose un café que j'accepte volontiers, je ne sais pas ce qui m'attend... Arrive ensuite une voiture, puis une deuxième. Je m'attendais à passer cette journée avec André et Frank, je découvre une véritable équipe de campagne ! Le suppléant d'André, Gérard Convert, Maire de Chadrac, Conseiller général et vice-président de la Communauté d'Agglomération du Puy-en-Velay, est de la partie, de même qu'André Roure, Premier Secrétaire du PS de Haute-Loire.  

Arrive ensuite Jean-Noël Lhéritier que l'on ne présente plus à Brioude... Également de la partie : Alain et Daniel qui se chargeront de tracter et de coller les affiches. Frank et moi observerons, prendrons des photos et des notes.



8h30, départ de Brioude. Avec 3 voitures, le groupe prend des allures de cortège ! 

Cohade

 


9h00, mairie de Cohade. Première rencontre avec Danièle Gilbert, Maire de Cohade et son adjoint. L'accueil est cordial et il le sera dans toutes les mairies : l'esprit républicain est bien là. J'assiste à ce difficile exercice de la prise de parole, un exercice qu'André répétera 11 fois dans la journée : établir le dialogue et donner les grandes lignes de sa députation s'il est élu. Un projet lui tient particulièrement à cœur pour cette deuxième circonscription de Haute-Loire : le passage en 2x2 voies de la N102.

Témoignage d'André sur le sujet de la N102 : « le passage en 2x2 voies permettra de sécuriser un axe dangereux et meurtrier, et c'est une condition sine qua non au développement économique du territoire. Nous avons récemment reçu sur la ZA de Paulhaguet deux chefs d'entreprise qui souhaitaient s'implanter en Brivadois. Ils n'ont même pas demandé à quelles aides et subventions ils pouvaient prétendre : à la seule vue du réseau routier ils ont abandonné le projet immédiatement. » André aura l'occasion de revenir tout au long de la journée sur ce sujet qui lui tient à cœur. Pour l'heure, il s'enquiert des problématiques en cours à Cohade. Comme dans beaucoup d'autres communes que nous allons visiter, l'assainissement, la voirie et l'enfouissement des réseaux posent des équations budgétaires difficiles à résoudre.

 

 

Vergongheon

 

9h45, Vergongheon. L'équipe de Jean-Paul PASTOUREL nous accueille. Comme à Cohade, la voirie et l'assainissement sont au cœur des problématiques. Manque de budget, suppression de la subvention assainissement : le maire a besoin de 500 000 € pour finir l'aménagement du centre-bourg. André Chapaveire en profite pour faire le point sur les octrois de subventions, notamment au  niveau européen : « la France est le pays de l'UE qui retourne le plus d'argent aux caisses de Bruxelles, faute de projets éligibles. Ficeler un dossier n'est pas facile : si je suis élu je vais modifier l'organisation habituelle d'un député pour mieux soutenir les élus Altiligériens dans leurs démarches. 

Mes deux assistants parlementaires resteront sur le territoire, un au Puy et un à Brioude. Ils aideront les élus à identifier toutes les aides possibles, à constituer les dossiers et de mon côté j'irai défendre ces projets auprès des ministères concernés. Je connais bien le président Hollande et son équipe : lui-même est un ami de 30 ans et j'ai aussi travaillé 5 ans avec Jean-Marc Ayrault au sein du cabinet de Jean Poperen, Ministre chargé des Relations avec le Parlement ». André Chapaveire, un ambassadeur de choix pour la Haute-Loire ? Au vu du contexte politique et des relais dont il dispose au gouvernement l'idée n'est pas dénuée de sens.  

Lempdes-sur-Allagon

 


10h30, Lempdes-sur-Allagnon. Patrice Douix rejoint l'équipe de campagne. Le discours du Maire de Lempdes, Maurice Cubizolles, est un peu différent. A Lempdes, plus que les moyens, c'est l'espace qui manque. La commune, avec son accès direct à l'A75, est attractive pour les entreprises, mais cette même autoroute et l'Allier forment autant de limites au développement du territoire de la commune. Finalement, et sans le vouloir, Maurice Cubizolles abonde dans le sens d'André Chapaveire : l'infrastructure autoroutière est vitale pour l'économie, et ce développement économique ne peut pas se concentrer à l'infini sur les mêmes communes.

Ce dernier en profite pour mentionner le Ministère de l’Égalité territoriale, bébé du nouveau gouvernement : un outil qu'il compte bien utiliser pour donner enfin des moyens aux territoires qui sont longtemps restés les parents pauvres de la Haute-Loire. Quand on circule d'est en ouest on a l'impression que le développement routier s'est arrêté au Puy. Il est temps de rééquilibrer le réseau, d'autant que la portion de N102 concernée nécessitera beaucoup moins d'ouvrages d'art que la N88. » C'est d'autant plus juste que les habitants du Velay devraient apprécier, eux aussi, une vraie facilité de circulation vers l'ouest.

Chambezon

 

11h15, Chambezon. Le maire Lucien Tremouillere privilégie la restauration de l'existant sur les projets de lotissement. Avec raison : en plus d'un panorama idyllique, Chambezon a tout de ces villages de carte postale où la vieille pierre et le patrimoine rural s'expriment avec force. A deux pas de l'A75 et avec un tel cadre de vie, la commune est attractive. Encore une fois les budgets liés à la voirie et l'assainissement sont un vrai défi pour le maire. André Chapaveire redonne sa vision du rôle du député dans l'aide à l'aménagement local, cette fois-ci il choisit de parler de la fameuse réserve parlementaire, cette ligne de subvention répartie entre les députés et destinée à financer les projets locaux. La réserve parlementaire fait l'objet de nombreuses critiques, essentiellement sur l'opacité de l'attribution des budgets, qui permettrait une forme de clientélisme. 

André Chapaveire tranche : « j'ai déjà vu un projet à 2 millions d'euros bénéficier d'un financement de 10 000 € provenant de la réserve parlementaire, ce qui représente donc 0,5 % du budget total. C'est ridicule ! Je ne promet aucune utilisation de la réserve parlementaire à qui que ce soit, la réserve parlementaire doit servir d'appoint sur les petits projets, quand ça coince. Pour moi l'important c'est d'arriver à obtenir le maximum de subventions, c'est pour cela que mes deux assistants parlementaires resteront dans la circonscription, pour effectuer avec les élus ce travail de fond qui permettra aux communes de profiter comme elles le doivent de tous les fonds disponibles. »

Pause déjeuner

 

Daniel et Alain au travail...


12h30 : pause déjeuner, hôtel Evan, Lempdes-sur-Alagnon. L'établissement,  un peu en sommeil, a été repris récemment par un couple de jeunes Brivadois qui veulent développer l'hôtel mais aussi faire du restaurant un incontournable dans le secteur. Tout un symbole !

 

Léoting

 

 

14h00 : Léotoing. Pour le maire de Léotoing Jean-Pierre Porte et son équipe, la question de la desserte autoroutière est également prégnante. Pour Léotoing, le lien vers l'A75 passe par Espalem, et les projets par le SYDEC. Un dispositif dans lequel le futur député de la circonscription aura aussi son rôle à jouer.


Torsiac

 


14h45 : Torsiac. Tout a déjà été dit ou presque entre André Halfon, Maire de Torsiac et André Chapaveire. On sent une vraie proximité entre les deux hommes. Comme nous avons pris un peu de retard sur le programme de la journée - assez chargé il est vrai - le Maire de Torsiac nous laisse poliment prendre congé, non sans nous avoir livré l'historique de la commune, assez atypique il est vrai !

Autrac

 

15h45 : Autrac. Le Maire d'Autrac Christophe Bedrossian n'a pas pu se libérer, nous faisons donc la réunion avec deux de ses adjoints. L'un des adjoints me fait réaliser une chose : aux législatives, au-delà des partis et des clivages politiques, on vote pour l'homme, celui qu'on connaît, celui qui s'inscrit -de préférence de longue date- dans le territoire, celui à qui on fait naturellement confiance. Je réalise que sur ce point André Chapaveire dispose d'un joli capital confiance.

Saint-Etienne-Sur-Blesles

 

16h45 : Saint-Étienne-sur-Blesle. Ici on retrouve la problématique des petites communes (56 habitants) et de leur survie : le  Ministère de l’Égalité territoriale saura-t-il apporter une réponse ? C'est en tout cas l'un des engagements du président Hollande, préserver les 36000 communes qui composent le territoire français.

Grenier-Montgon

 


 

17h30 : Grenier-Montgon, rendez-vous avec une équipe de France 3. Le maire Jacques FILIOL a convié les habitants à se joindre au débat : un appel entendu puisqu'une trentaine de personnes nous attendent à la mairie. Après le débat, les journalistes de France 3 font une interview du candidat, au final tout le monde se retrouve pour un apéritif où l'enthousiasme des gens est perceptible. On sent une profonde envie de changement, y compris au niveau local ! C'est aussi une petite pause bienvenue pour nous dans cette journée qui a tout du marathon...

Espalem

18h15 : Espalem. Le Maire Robert Romeuf nous accueille, et il n'est pas seul : comme à Grenier-Montgon les habitants sont au rendez-vous. Décidément cette journée aura mobilisé plus de gens que je ne l'aurais cru !


Blesle

19h00 : Blesle.  Le Maire de Blesle, Pascal Gibelin, s'était joint à notre tournée dès 15h45 à Autrac, autant dire qu'il supporte la démarche (et le candidat). C'est donc dans ses terres à Blesle que la journée se termine, devant une assistance nombreuse. Le discours d'André -d'après moi- prend de la force, comme un second souffle. Normal, après une journée aussi éprouvante : l'homme ne se ménage pas, il mouille la chemise comme on dit, pour atteindre cet état de grâce que seul le travail et la pugnacité permettent d'atteindre.

http://www.andre-chapaveire.com/journee-campagne-electorale.html



Loading